Les Jeux parapanaméricains s’installent à Toronto du 7 au 15 août

123

Les Jeux parapanaméricains sont une compétition multisports organisée tous les quatre ans où des athlètes ayant un handicap se réunissent pour s’affronter dans des épreuves handisports. Cet évènement suit les Jeux panaméricains qui se déroulent cette année du 10 au 26 juillet.

Les Jeux parapanaméricains se sont concrétisés en 1999 dans la ville de Mexico. Cette première édition a permis à 1000 athlètes provenant de 18 pays de se disputer l’unique place disponible pour se qualifier aux Jeux paralympiques d’été de 2000 à Sydney. Suite au succès de ces jeux, la deuxième édition accueillie 500 athlètes supplémentaires, venant cette fois de 28 pays et s’affrontant dans neuf sports différents.

La notoriété et la popularité de cet évènement a continué de croître au fil des années pour devenir aujourd’hui le plus grand évènement multisports jamais organisé au Canada depuis les jeux Olympiques d’été de 1976. L’édition 2015 est aussi une occasion pour le pays, qui accueille pour la première fois les jeux parapanaméricains, de montrer ses richesses et ses fiertés.

456Cette année, ce sera la cinquième édition des Jeux où 1500 athlètes originaires de 28 pays se disputeront la victoire dans 15 sports différents. L’ensemble des épreuves serviront d’étapes qualificatives pour les Jeux paralympiques de Rio en 2016. Les Jeux paralympiques sont un évènement sportif international qui suit les Jeux olympiques. Le principe est le même que les Jeux parapanaméricains, où des athlètes handicapés participent à des épreuves sportives de haut niveau.

Cet évènement renforce la sensibilisation aux parasports et donne espoir à toutes les personnes en situation de handicap. Le sport est accessible à tous, il suffit d’avoir une bonne dose de volonté, de détermination et d’avoir une partie de soi qui demande qu’à s’épanouir. Ces athlètes reflètent l’espoir et montre l’exemple à suivre : ne jamais abandonner et se donner les moyens d’aller au bout de ses ambitions.

N’oubliez pas que TOUT EST POSSIBLE !

Vidéo : « are you ready ? » TORONTO 2015 Pan Am/PARAPAN Am Games

https://www.youtube.com/watch?v=8fz1ePUo00g

Advertisements

handiBooking, une plateforme pour préparer ses vacances

handibooking 2

En juin 2014 était lancé le site handiBooking, une plateforme de réservation en ligne spécialisée dans les hébergements adaptés et les services associés. L’idée est venue à Jocelyne Boucard, malvoyante de naissance à plus de 85 % et épouse de Christian Gatta, président et fondateur d’handiBooking, puis à Annette Masson, présidente de l’Association Tourisme & Handicaps de France.

Comment ça marche?

Le principe est fort simple : l’internaute effectue ses recherches via le moteur de recherche d’handibooking ou sur sa carte interactive, dépendamment s’il a déjà en tête sa destination ou non. Lorsqu’il a trouvé son hébergement idéal, il valide les dates auxquelles il veut réserver et verse 30% de dépôt sur le site afin de bloquer son séjour. Un professionnel reçoit alors un courriel d’alerte et entre directement en contact avec le client en question pour finaliser la transaction et ajouter des services au besoin.

Le financement

L’intégration d’un hébergeur sur la plateforme est entièrement gratuite, elle ne nécessite pas de mensualisation ni d’autres formes de paiement. handiBooking se rémunère grâce à une commission de 10% hors taxes sur le prix de la réservation. De ce revenu, 7% reviennent à handiBooking et 3% sont versés aux associations du monde du handicap.

Aujourd’hui, le site propose plus de 380 hébergements.  Des hébergeurs du Brésil, de la Belgique et de la Thaïlande seront disponibles prochainement.

handibooking 1Une arrivée au Québec

«Le 15 juin 2015, un partenariat avec Kéroul a été signé, afin d’intégrer les professionnels québécois sur la plateforme, explique Séverine Martin, responsable, Service client.  Le reste de l’Amérique du Nord viendra dans un second temps.  Nous étendons actuellement notre offre aux services de transports accessibles, ainsi que prochainement aux croisières accessibles.»

Autour de chaque hébergement, un annuaire propose une liste de services adaptés pour les vacances.  Enfin, le magazine en ligne de handiBooking (www.handibooking.com/magazine) présente des reportages sur les nouvelles technologies, des tranches de vie ou encore des événements culturels.

Où les trouver?

Web : www.handibooking.com

Twitter : https://twitter.com/handibooking

Facebook : https://www.facebook.com/pages/handibookingcom/511605505644096

Pinterest : https://www.pinterest.com/handibooking/

Une aventure mère-fils…

Image

Voici Marie-Claude et Félix-Antoine,

« Je suis Marie-Claude et je suis maman de deux enfants de 9 et 12 ans. Je suis sensible à la cause car il y a dans ma famille des personnes atteintes du spina-bifida. Conseillère d’orientation et coordonnatrice clinique au Centre de réadaptation Constance-Lethbridge, en plus de siéger au conseil d’administration de l’Association, je cours depuis maintenant 1 an. Le Marathon Oasis de Montréal et donc pour moi l’occasion de relever un beau défi pour cette cause qui m’est importante. »

« Je m’appelle Félix-Antoine, j’ai 12 ans et c’est la première année que je cours. Comme je suis sensible à la cause, puisqu’il y a dans ma famille des personnes qui vivent au quotidien les problématiques liées au spina-bifida, j’ai vu dans le Marathon Oasis de Montréal, une bonne façon de soutenir la cause. C’est également une belle opportunité de participer à une activité mère-fils. »

Marie-Claude et Félix-Antoine vont courir 5 kilomètres pour l’ASBHQ le 22 septembre. N’hésitez pas à les encourager et à soutenir l’Association en vous rendant à l’onglet « Faites un don » de ce blogue.

Vous pouvez aussi refaire connaissance avec Sara Catherine Saint-Laurent notre porte-parole au lien suivant, Sara pour sa part va courir le demi-marathon soit 22 kilomètres !!!

https://asbhq.wordpress.com/2013/02/21/faites-connaissance-avec-sara-catherine/

Niko et Âmi-Or, 2 grands copains qui courent pour l’ASBHQ

Image

Mon nom est Niko et j’ai 13 ans. J’ai entendu parler du marathon par mon ami et coéquipier au soccer Âmi-Or. J’aime jouer au soccer et je me considère très sportif.
Je participe au Marathon Oasis de Montréal pour l’ASBHQ, car je crois qu’il est important de lever des fonds pour des organisations qui viennent en aide aux autres. Par ailleurs, au niveau personnel, c’est important pour moi de toujours réaliser de nouveaux défis et de donner mon maximum dans tout ce que j’accomplis.

Image

Je m’appelle Âmi-Or, j’ai 13 ans et je suis passionné par tout ce qui touche l’activité physique. Je suis inscrit dans un programme de sport-études à l’école, en soccer et je pratique ce sport depuis que j’ai 5 ans.
Courir les 5 km pour l’ASBHQ représente pour moi une autre forme de défi. Je cours…tout le temps et très rapidement ! Courir 5 km, ce n’est toutefois pas pareil, car je n’ai pas besoin d’être rapide comme j’ai l’habitude de l’être mais plutôt constant dans mon rythme. Je dois donc apprendre à canaliser mon énergie, un peu comme à l’école ! Je pense qu’il est important de courir pour l’ASBHQ afin de lui donner de la visibilité. Mon message est que dans toutes circonstances, il est essentiel d’avoir confiance en soi et de vouloir se dépasser.

 

Pour encourager Niko et Âmi-Or qui vont courir 5 km le 22 septembre, et soutenir les actions de l’ASBHQ, rendez-vous à l’onglet « Faites un don » de ce blogue.

Et voici Nathalie !

Je m’appelle Nathalie Boëls et j’ai connu l’Association de spina-bifida et d’hydrocéphalie du Québec en 1999, alors que je voulais en savoir plus sur ma condition. Pour vous mettre en contexte, je suis née avec une hydrocéphalie congénitale. Depuis, je suis toujours restée très proche de l’Association : d’abord comme membre, puis comme employée et depuis quelques années déjà comme administratrice. Je suis convaincue que cette Association est indispensable pour faire connaître l’hydrocéphalie et le spina-bifida à la population québécoise ainsi que pour soutenir, dans leur quotidien, toutes ces personnes vivant avec l’une, l’autre ou ces deux conditions, dans notre province. Dans quelques jours, vous pourrez voir sur ce blogue une vidéo de tous les coureurs qui vous expliqueront de vive-voix leurs motivations à participer au Marathon Oasis de Montréal.

Je remercie à l’avance tous ceux et celles qui nous soutiendront pour cet événement en nous faisant parvenir leurs donsImage. Vous pouvez faire votre don en ligne directement sur ce blogue sous l’onglet « Faites un don ».

 

Voici nos deux plus jeunes coureurs, Caleb et Marek !

« Je m’appelle Caleb, j’ai trois ans et je suis atteint d’hydrocéphalie. J’ai un regard très doux. Je dis toujours la même chose que mon grand-frère et j’aime chanter des chansons qui parlent de bateaux ! Je suis de nature très calme, mais je sais aussi être coquin quand il le faut… Je vais à la garderie et j’ai tout plein d’amis dans le groupe des Gros-Becs »

« Je m’appelle Marek et j’ai cinq ans. J’ai un beau sourire et plein d’énergie. Je fais de la planche à roulettes et de la trottinette. Je me prends souvent pour un Ninja invincible ! Avec mes blagues et mes pirouettes, je fais rire tout mon entourage. Je commence bientôt une grande aventure : je rentre en maternelle. »

Caleb et Marek vont courir un kilomètre pour l’Association de spina-bifida et d’hydrocéphalie du Québec lors du Marathon Oasis de Montréal le 22 septembre prochain. Pour les encourager et soutenir les actions de l’ASBHQ, vous pouvez faire un don en vous rendant directement à l’onglet « Faites un don » de ce blogue.Image

Que diriez-vous d’une aire de jeux complètement adaptée ?

ISO Playground : pour une égalité des enfants dans le jeu

Par Louise Casavant

Designer industrielle originaire de Verdun, Tanya Nazywalsky rêve de faire carrière dans le monde du design des jouets pour enfants. Elle a mis au point un prototype de terrain de jeu permettant aux enfants à mobilité réduite, voire se déplaçant en fauteuil roulant, de pouvoir jouer, seul ou avec d’autres enfants, handicapés ou non, sans avoir besoin d’assistance.

Destiné aux jeunes de 8 à 12 ans, l’ISO Playground a une superficie de 2600 pieds carrés, dont 90 % des composants permettent aux enfants à mobilité réduite de se déplacer seuls. À l’exception de son design unique facilitant l’accès aux personnes se déplaçant en fauteuil roulant, le parc contient les installations que l’on retrouve sur une aire de jeux habituelle, soit une glissoire, des balançoires et des cordes en suspension, auxquelles les jeunes peuvent s’accrocher pour se propulser vers l’avant.

En raison de l’aspect modulaire, les différentes composantes peuvent être intégrées dans des parcs déjà existants.

Une lueur d’espoir pour ceux qui rêvent du jour où tous les enfants auront droit aux mêmes chances.

 

http://www.tanyanazywalskyj.comImage